TOP

Dave Chappelle 8 : 46

L’humoriste américain au ton acerbe a de nouveau frappé. Il vient de faire paraître sur le compte YouTube de Netflix un petit special vindicatif et âpre. Sans scrupule, il aligne ses ennemis de l’Amérique.

Le showman ne s’était pas produit sur scène depuis plusieurs semaines du fait de la crise sanitaire. Le 6 juin dernier, il a organisé en catimini un spectacle en pleine campagne. Filmé par les équipes de Netflix, les règles de distanciations ont été respectées. C’est dans un cadre verdoyant et bucolique que le meilleur stand upper de sa génération va asséner pendant une demi-heure une série de punchlines foudroyantes à l’attention de ceux qu’il identifie comme étant ses ennemis de l’Amérique.

Un drame, des inconséquences

Dave Chappelle entre en scène, il prend place au centre d’une petite bicoque en bois sans prétention qui fait face au public ; derrière lui des bougies sont apposées. Après des petites vannes courtes, son visage se contracte et son regard fixe l’assemblée. On a le sentiment qu’il n’est pas venu pour rigoler. L’ambiance aux Etats-Unis est lourde depuis que George Floyd, un homme noir interpellé par la police de Minneapolis est décédé, le genou d’un policier enfoncé sur son cou pendant 8 minutes et 46 secondes.

 

L’humoriste trouve l’angle d’attaque en évoquant un vieux souvenir. Installé à Los Angeles il y a quelques années, il raconte qu’il a vécu sur place son premier séisme. Il décrit sa peur et sa panique avec le sentiment qu’il allait y passer pendant les 35 secondes qu’ont durées les secousses. Ce laps de temps assez court lui a paru interminable et il imagine l’horreur subie par George Floyd qui a hurlé à la mort, appelé sa mère vers l’au-delà, pendant 8 minutes et 46 secondes. L’artiste vocifère contre ces policiers accusés d’avoir laissé mourir cet homme. Le public est saisi, l’émotion et la tristesse passent les rangs des spectateurs aux regards embués par l’évocation du drame.

Pourquoi ? Comment ?

Le comédien exprime avec sa verve habituelle sa haine et son ressentiment face à ce qu’il perçoit comme une faillite morale des institutions. Il conspue un journaliste de CNN qui demande aux célébrités de s’exprimer en public et attaque une éditorialiste de FOX News qui s’en est prise aux manifestants. Dave Chappelle évoque sous l’émotion plusieurs de ces hommes noirs tués durant ces dernières années au cours d’interpellation ou assassinés par des milices de quartier. Le phrasé est solennel, limpide et les arguments imparables. L’humoriste a laissé place à l’homme de la rue, choqué par la déroute d’un système démocratique censé protéger ses citoyens les plus démunis.

Comme à son habitude, Dave Chappelle remue les tripes de ceux qui viennent le voir dérouler sa routine tonitruante. L’homme aime la polémique ; il utilise sa tribune pour choquer l’assistance et détruire ses cibles. L’humoriste aux multiples récompenses énonce dans ce spectacle qu’il aurait aimé caler quelques vannes salaces pour détendre l’atmosphère, mais le cœur n’y est pas quand partout en Amérique des milliers de gens battent le pavé pour réclamer justice. Il termine sa diatribe en narrant une anecdote sur son arrière grand-père pasteur, né esclave, qui dirigea dans les années 1920 une délégation chargée de rencontrer à la Maison Blanche, le Président Woodrow Wilson pour que cesse le lynchage des Noirs en Caroline du Sud.

 

8:46

Disponible sur Youtube / Netflix is a Joke

Stand-up

Réalisé le 6 juin 2020

Ecrit par Dave Chappelle

©YouTube