TOP
La consult Melody Daniel

La consult’ de Melody #10

Le 12 novembre

10ème séance

Je suis un chat. C’est officiel. Je suis victime de mimétisme chronique. Depuis trois jours je suis enfermée avec mon chat, lovée au creux de mon canapé, enroulée sur moi-même à cracher mes glaires, à boire du petit lait et à dormir. Je ne suis pas allée jusqu’à me lécher les poils pour faire ma toilette, mon manque de souplesse et mon torticolis m’ont sagement redirigée vers la douche, mais la métamorphose est cours… Je me laisse pousser les poils et la moustache, je m’étire toute la journée et ne quitte mes oreillers uniquement pour mon bol de croquettes et ma litière. Je ronronne presque, je ronfle et siffle du nez. Doux chant de la crève hivernale. Troisième entité de notre collocation. 

J’avais dit ! J’ai fait une indigestion de la météo. Le chaud / froid m’est resté sur l’estomac. Les caïpirinha de ce week end aussi peut-être… Trop de suspects. Du coup, j’ai fait un test Covid. Cet acte citoyen, bien que je ne sorte pas de chez moi, que je vive seule et ne puisse contaminer absolument aucun être vivant à part mon ficus. 

Chou blanc. Le coupable court toujours…

Et voilà que le brouillard et l’épuisement rendent mon quotidien lent et insipide, dénué d’intérêt et de productivité. Un bon terrain de jeu pour la dépression ça ! Je la vois au loin qui fait son sac. Elle check sa liste, histoire de ne rien oublier. 

« Alors… idées noires, auto-flagellation, dévalorisation et… ah oui ! J’oubliais, un peu de comparaison pour bien lier tout ça. Voilà, je peux y aller ! Ding dong ». Nan j’déconne ! 

Elle sonne pas. Elle débarque en défonçant la porte avec ses grosses bottes pleines de vase. Et elle ne te demande pas où elle peut dormir. Elle dort paaaaaaas ! Jamais. Elle guette le moindre instant de lucidité pour anéantir toutes tes chances de t’en sortir. Elle a trop à perdre. Il fait froid dehors… Elle est comme les araignées, elle s’infiltre dans les maisons l’hiver pour piéger dans ses filets toute substance d’insouciance… ou des moucherons. 

Mouai c’est pas très cool pour les araignées. C’est tout aussi moche mais beaucoup moins utile. C’est tout de même sacrément inutile la dépression. Ça doit être dur de trouver sa place quand on ne sert à rien. En fait c’est ça, elle est en pleine crise d’ado ! Elle est en colère, en permanence. Elle se cherche, c’est pour ça qu’elle squatte un peu chez tout le monde. Elle n’arrive pas à se poser, à trouver sa voie ! Finalement c’est elle qui est en dépression ! La dépression déprime. Wouah le déliiiiire ! Le twist de malade. Il faudrait interner la dépression et hop plus jamais besoin de Lexomil. Ça ferait chuter quelques lobby pharmaceutiques mais on irait tous vachement mieux ! 

Alors, je sais qu’il faut un tiers pour interner quelqu’un. Comme c’est un peu ma colocataire, je crois que je peux m’en charger… Aller c’est parti ! 

Je n’en reviens pas de ce que je vais faire, oh la vache ! Attendez ! 

Pourquoi mon chat a la tête de Mufasa et m’impose de me souvenir de qui je suis… avec une voix d’outre tombe derrière un pupitre devant l’Elysée ? Pourquoi les racines de mon ficus grandissent et recouvrent tout mon salon en criant “En route pour un développement vert, à faibles émissions de carbone et durable !” avec la voix Xi Jinping ? Et pourquoi Frances Haugen est au pied de mon ficus avec un diadème et une aura elfique et me parle dans ma tête sans bouger les lèvres ??? “Facebook ou Meta, peu importe le nom, son emprise sur le monde est de plus en plus forte. Et l’oeil de Mark sur nous est déjà…!” 

Okay. J’ai dû m’endormir devant la télé. Je crois que j’ai forcé sur la codéine… 

Love, Durex, Lexomil (et Codéine, manifestement)

Mélody