TOP
la consult 9 Melody

La consult’ de Melody #9

Le 5 novembre 2021

9ème séance 

C’est les doigts de pieds congelés dans une double paire de chaussettes et les mains cachées dans des mitaines que j’entame cette séance… Il faut dire que l’hiver a balayé le charme de l’automne à grands coups de pied au cul cette année ! 

Ça y est ! Fini les terrasses dans la fraîcheur de l’automne qui peint son ambiance dans la chaleur d’un délicat dégradé orangé… Les fins de journées encore éclairées par les rayons du soleil agrippant les branches des arbres clairsemés. L’innocence des balades rythmées par le crissement des feuilles abandonnées par le cours du temps à nos pas insouciants de ce qui se prépare… 

Fini le camel de la veste mi-saison sublimant l’outfit encore aux couleurs de l’été, les chevilles découvertes, les avant-bras offerts, les décolletés, les cheveux au vent, et le teint hâlé ! Place au gris de nos longs manteaux, au noir de nos cols roulés, aux franges de nos écharpes qui grattent, aux pompons ridicules de nos bonnets, au rouge de nos joues ravagées par le vent et au vert s’écoulant de nos narines empoisonnées par le froid sa mère la p*** !

Je déteste l’hiver et encore plus cette année quand j’ai la fâcheuse sensation de m’être fait rouler par les éléments célestes et météorologiques. J’ai attendu l’été tout 2021… Calme, docile et prête. En juin j’étais parée. Et rien. Pas un rayon. À peine quelques degrés supportables. Je patiente. Juillet, je reste aux aguets. Pas grand chose, un semblant de chaleur étouffante en pleine métropole, mais j’suis sûre que la pollution y était pour quelque chose. Et août ! Dégringolade. À coup de moussons parsemées de grêlons, n’importe quoi ! On déraille totale là. Pas un coup de soleil en 2021 ? Et maintenant je rempile pour un rhume et une dépression pendant 6 mois ?! Ça va pas le faire. 

Non ! J’ai pas signé pour ça. Moi le forfait c’était : printemps, été, automne, hiver. Et dans l’ordre s’il vous plaît ! Ça ne va pas DU TOUT ! Je ne trie même plus mes vêtements par saison. J’ai besoin de tout en permanence. On dirait que la météo réinvente sa discipline. Elle potasse une nouvelle recette je pense. Elle doit être sur un truc hybride. Une météo de fusion. Entre terre et mer. Genre sucré/salé. Une rencontre entre la pastèque et le pot-au-feu. Un truc…dégueu ! 

Faudrait pas l’encourager les gars…hein ? Du coup vous faites une ? … Cop 26 ? Ah. … Ça fait beaucoup de Cop pour zéro résultats non ? Il s’agirait de sortir de vos salles de conf’ pour mettre le nez dehors et s’affoler un peu parce que ça ne donne plus envie de rien là. 

On parle d’éco-anxiété maintenant. C’est la nouvelle dépression à la mode. Celle dans le vent. … Dans l’air du temps. … Ok j’arrête. 

Non mais de toute façon je ne mets plus un pouce dehors d’ici la fin de l’année. Depuis mercredi 9h22, les femmes travaillent « gratuitement » compte tenu de l’inégalité des salaires entre les hommes et les femmes. Je ne vois pas pourquoi j’entretiendrais une angine pendant les fêtes de fin d’année sans avoir les moyens d’acheter des pastilles au miel, que je paierais aussi cher que mon collègue qui est mieux rincé que moi à la fin du mois ! Autant rester emmitouflée sous une pile de plaids à attendre doucement la montée des eaux, dans un appartement glacé par ma culpabilité énergétique en me délectant du dernier Goncourt. 

Love, Durex et Lexomil

Melody