TOP
le bordel club

Le Bordel Club, un beau bordel !

Le public entre et s’installe, la salle du Théâtre Montmartre Galabru est pleine. A 21h30 les spectateurs attendent, impatients d’assister aux shows. Deux jeunes hommes apparaissent sur scène. Des antipodes, un blond aux yeux bleus et l’autre noir aux yeux marrons. Leur point commun : l’humour. Participation du public assurée ! Pendant quelques minutes les deux acolytes font connaissance avec les spectateurs. Un échange se crée et les humoristes semblent soudain assis au siège d’à côté, comme des amis. Le spectacle peut commencer.

Le blond aux yeux bleus cité plus haut, c’est Adrien Arnoux. Il passe au crible les sujets de société qui, au quotidien, font polémique : racisme, homophobie … et tient à rassurer les femmes qui subissent les frottements, non-désirés, de certains hommes dans le métro car lui, s’est fait violé. Oui, oui mesdames, les hommes aussi peuvent se faire violer, Adrien raconte « j’étais dans le métro, il était rempli et il y a un homme qui a essayé de me mettre un doigt dans le c** «  Le seul problème avec l’humour c’est de savoir si l’histoire est vraie… Qu’elle le soit ou non, la suite de celle-ci est vraiment drôle. Par contre pour la connaître, il faut aller voir le spectacle.

Toujours dans le thème  » société  » : Lamine Lezghad. Même thème mais sujets et humour totalement différents. Du viol en passant par la pédophilie, l’État Islamique ou les pauvres, les sujets les plus sensibles y passent. Il soulève ainsi et une nouvelle fois la question  » peut-on rire de tout ?  » et bien mieux vaut en rire qu’en pleurer et c’est un défi réussi avec succès par cet humoriste. Le charmant maghrébin n’a aucune crainte à dire « j’ai été musulman mais j’ai arrêté, j’étais allergique à la poussière. » Après tout, la comédie et l’humour sont aussi des armes de lutte pour la liberté d’expression.

Lamine Lezghad n’est pas le seul à être cru dans sa façon de parler. Kamel Laadaili l’est aussi. Et non, ce grand homme chauve qui est passé furtivement dans la salle n’était pas le videur du théâtre. Même s’il a la carrure pour, les apparences sont parfois trompeuses. Lui est humoriste et aime les femmes rondes. C’était le cas de sa copine qu’il affectionne beaucoup « elle s’est achetée une paire de chaussures à talons et je lui ai dit, Oh mon boudin en Louboutin ! «  S’il y a des vexés, son imitation d’accent sénégalais peut-être prétexte à se venger. Il le fait à merveille mais les crampes aux joues à force de rire, ça fait mal. Lui-même en a attrapé pendant le spectacle : c’est ça, le rire communicatif.

Quelqu’un sur lequel il est devenu impossible de communiquer, c’est Dieudonné. Dans le regard de Lenny Harvey « Dieudonné c’est comme Voldemort, on ne peut pas dire son nom. » Comble de l’ironie, c’est le comique noir cité plus haut qui lance la vanne. Le jeune comédien parle également beaucoup de sa petite copine et de leur relation, de toutes ces choses que chacun vit en couple et que parfois chacun pense tout haut mais que personne n’ose dire. A la fin du show le public imagine à la perfection la vie de couple avec Lenny et la routine amoureuse se transforme en humour.

Paul Séré, lui, a adopté une toute autre technique pour lutter contre le quotidien amoureux. Devenir une femme, et il y a beaucoup d’avantages, comme « un homme qui oublie son portefeuille au restaurant c’est un crevard, une femme qui fait la même chose ce n’est pas grave. » Sur scène, l’humour devient une arme, à portée des femmes et pour les femmes. Les inégalités entre sexes persistent mais Paul montre, que les femmes ont tout de même beaucoup d’avantages. C’est un jeune homme si charmant, flatteur et drôle qu’il en fait rêver plus d’une.

Pedro Mito, quant à lui a bien les pieds sur terre. Il rit des réalités et, fier de sa culture, il la partage avec dérision. Il n’est pas autant contraint par la quête de l’amour que les autres humoristes car d’après lui  » l’avantage d’être arabe c’est que tu es sûr de ne pas finir célibataire, il y a toujours une cousine qui t’attend au bled. » Malgré son air timide il sait jouer de l’humour avec suspens et tient le spectateur en haleine.

Un conseil, réservez votre prochaine soirée au Théâtre Montmartre Galabru, tous les lundis, à 21h30.

Pour me joindre, un pigeon voyageur vaut mieux qu'un téléphone. Sinon par le We love comedy mag, ça marche aussi...