TOP
Théâtre de l'Odéon occupé

Théâtre de l’Odéon occupé, les intermittents en colère

Une cinquantaine d’intermittents du spectacle occupent symboliquement le théâtre de l’Odéon depuis le 5 mars dernier. Leurs intentions sont claires : faire pression sur le gouvernement qui prépare l’après-covid.

Depuis près d’une semaine, plusieurs membres du syndicat CGT-Spectacle ont pris place au sein du prestigieux théâtre de l’Odéon (Paris 6ème). Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture, s’est rendue sur les lieux samedi soir pour dialoguer avec les occupants. D’après les leaders du mouvement, la rencontre n’a pas abouti sur quelque chose de précis, mais la porte reste ouverte.

Bras de fer entre le monde du spectacle et le gouvernement

Pour la famille des intermittents – pratiquement sans activités depuis un an – il est indispensable que les pouvoirs publics poursuivent la politique de soutien mise en place depuis le début du confinement. Alors que le dispositif est censé s’arrêter en août, les syndicats d’intermittence exigent que les aides se poursuivent une année supplémentaire.

A ce jour, aucune avancée majeure n’a été annoncée par les diverses parties. D’ores et déjà, d’autres intermittents emboîtent le pas dans la contestation. Ainsi, depuis le 8 mars dernier, une trentaine de personnes issues du monde du spectacle occupent le théâtre de Pau. Et ce mardi, le théâtre de la Colline à Paris et le théâtre national de Strasbourg viennent d’être investis par des collectifs d’intermittents.

Le syndicat CGT-Culture espère voir le mouvement s’amplifier afin d’accentuer la pression sur le gouvernement en vue des négociations qui auront lieu dans les prochains jours. 

©Photo de couverture : Théâtre de l’Odéon/AFP