Zazon : « C’est un métier qui m’angoissait »

Zazon

Zazon est une touche à tout. Cette comédienne qui s’est formé au théâtre à Los Angeles a fait du cinéma, du stand up, avant d’exercer ses talents avec la caméra cachée. En attendant de voir son prochain court-métrage, nous sommes allé à la rencontre de cette gentille provocatrice.

Comment êtes-vous venu à la scène ?

Je suis parti aux Etats-Unis à Los Angeles prendre des cours de théâtre. Par un concours de circonstances mystérieuses, je me suis retrouvée à vivre quelques mois au Château Marmont, c’était mon Erasmus. Les Etats-Unis m’ont désinhibée. Avant mon expérience Américaine, je n’osais pas faire les choses. Mais je n’ai pas eu envie de rester à Los Angeles. Je trouvais cela angoissant ce monde où il y avait peu de place pour l’amitié et beaucoup de place pour les dollars que tu pèses. Los Angeles c’est le paroxysme de l’individualisme. Je pense qu’une fois que tu es en place, c’est un endroit inspirant,  mais quand tu commences dans la vie, j’ai trouvé ça flippant.  Dans les soirées tout le monde dégaine sa carte de visite et ça s’arrête à 21 heures car il y a cours de yoga le lendemain à 7 heures du matin.

Pas trop dur le retour en France ?

Non, car en rentrant, j’ai pu faire pleins de choses. J’ai commencé par réaliser un court-métrage. Ensuite, j’ai enchaîné sur des caméras-cachées auto-produites. J’aime bien faire les choses par moi-même, bien que cela peut être un défaut.  
 
Ensuite, vous avez de la scène, avec un spectacle que vous jouez au théâtre Bo Saint-Martin, au théâtre du Gymnase et au Temple ?
 
C’était une super expérience. Ce que j’appréciais c’était le faite d’être en prise directe avec le public, chose que tu n’as pas quand tu fais des vidéos. Je pense y revenir plus tard, même si pour l’instant, j’ai envie de faire d’autres choses. La scène demande une énergie totale et un désir très fort.  
 
Ensuite, vous avez une autre activité c’est les caméras cachées, comment cela vous est venu ?
 
C’était quelque chose d’assez naturel de bien aimer faire des conneries dans la réalité. Puis un jour, j’ai tourné avec une caméra. Du coup, j’en ai fait d’autres que j’ai mis sur Internet. A l’époque, c’était sur un blog. Ce qui m’a emmené à faire de la télé avec l’émission Toutaz sur France 4 mais aussi pour Canal plus. Après ça, j’ai alterné entre Télé et une web-série. Se servir de la réalité comme terrain de jeu, ça implique que parfois ça se passe mal, comme avec cette armée de vendeuses qui ont porté plainte contre moi ou encore ce mec qui avait menacé de mort mon cadreur. 

Et en ce moment quels sont vos projets ? 

Je suis en train de préparer un court-métrage que je vais réaliser. Je suis d’ailleurs en train de réunir les fonds sur Kiss kiss Bank Bank. Cela parle d’une fille qui loue son appart sur airbnb, mais l’amie qui est censé l’héberger, annule au dernier moment. Elle va alors passer sa nuit à chercher des solutions pour ne pas complètement passer la nuit dehors. 
 
Votre anecdote la plus marquante ?
 
Le premier producteur que j’ai rencontré à la télé était à fond sur mes sketches! Il a fait un rendez-vous avec une chaine pour vendre mes sketches. Le mec de la chaine n’en n’a pas voulu. Le producteur était à fond désespéré. J’ai du passer mon après-midi à le réconforter.  
 
Quels ont été tes derniers coups de coeur culturels ?
 
Je suis allé voir Problemos que j’ai adoré et les comédies de Will Ferrell qui reste une référence. Sinon en série Last Man on Earth. Sur Scène Blanche, Monsieur Fraize, Gaëtan Matis, julie Bargeton, David Azencot. En lecture : 20/20 Peut mieux faire! Tranche de vie par Vinvin et en BD :Gérard, cinq and dans les pattes de Depardieu de Mathieu Sapin.  ( c’est fou tous ces gens qui ont du talents et qui sont en même temps mes amis). 

Retrouvez les caméras cachés de Zazon sur sa chaîne YouTube.

Pour soutenir son projet de court métrage rendez-vous sur son Kiss Kiss Bank Bank.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *