Dan Naturman : « J’aime pas me réveiller tôt le matin »

dan-naturman

Originaire du Connecticut, Dan Naturman a commencé le stand up à l’université. Après avoir obtenu son diplôme, il s’est lancé dans le stand up. Ses études n’ont pas été une perte de temps puisqu’il est membre du New York State Bar Association. Un titre qui lui permet d’avoir des réductions sur les locations de voitures. L’artiste qui fait partie des piliers du Comedy Cellar, sera au Paname Art Café en octobre.

Pourquoi as-tu commencé le stand-up ? 

Cela m’a toujours plu de faire rire les gens, d’être le centre de l’attention. Donc je me suis dit, pourquoi pas en faire une carrière ! En plus, j’aime pas me réveiller tôt le matin donc le stand up était le choix parfait.  

Depuis quand joues-tu en Français ? Aimerais-tu faire carrière en France ?

J’ai joué en Français pour la première fois il y a 7 ans à Paris. Pour faire carrière en France, il faut faire au moins une heure sur scène en Français. Je ne sais pas si j’en suis capable pour l’instant mais c’est une possibilité pour l’avenir. Ma priorité est évidemment ma carrière aux Etats-Unis.

Tu as fait la première partie de Gad Elmaleh à New York, comment l’as tu rencontré ? Comment ça s’est passé ?

J’ai rencontré Gad, il y a environ 8 ans, au Comedy Cellar. Il y était pour voir des spectacles. Après, il s’est approché de moi pour me dire « Tu es très drôle ». J’ai lui répondu : « Tu es le mec de Hors de prix ». C’est comme cela que tout a commencé. J’ai fait sa première partie au City Winery à Manhattan. Ca c’est bien passé. Son public était gentil.

Vois-tu une différence entre le public anglophone et le public français ?

Pas vraiment. Si une blague marche en anglais, elle marche en français si la traduction est bonne ! Bien sûr, il y a des blagues qui ne se traduisent pas. Soit parce qu’il s’agit d’un jeu de mots soit, parce qu’il y a une référence culturelle trop spécifique.

Qui sont tes humoristes préférés ? As-tu des références dans le stand up français ?

J’aime beaucoup Dave Attell, Tracy Morgan, Dave Chappelle, Chris Rock et feu Mitch Hedberg. Woody Allen faisait du stand up pendant un certain temps avant de se lancer dans le cinema. Il était très drôle aussi. Dans le stand up français, il y a Gad Elmaleh, Kyan Khojandi et Baptiste Lecaplain. Il faut tout de même préciser que je ne connais pas trop le monde du stand up français.

Tu joues tous les soirs au Comedy Cellar, depuis plusieurs années. Quelles sont les différences avec le Paname ?

Je joue au Comedy Cellar depuis 20 ans. Je révèle mon âge ! Le Paname ressemble vraiment au Comedy Cellar. Il y a la salle en bas et le restaurant au dessus où les artistes trainent après le show. Le Cellar est un peu plus grand et il y a plusieurs spectacles chaque nuit. Sinon, pas de grande différence.

Qu’est-ce qui différencie le comedy cellar des autres ?

Il y a plusieurs choses qui différencient le cellar des autres clubs. Le fait que c’est complet tous les soirs et le public est toujours chaud. Le fait que les stand-upper trainent au restaurant en haut. Ca crée une atmosphère très dynamique et excitante. Et le fait qu’il y a des stars qui passent sans prévenir. Récemment Jon Stewart, Dave Chappelle et Louis CK y ont joué.

Vois-tu des différences entre le stand up américain et le stand up français ?

En France, c’est plus dans le one man show avec des personnages multiples, des effets sonores peut-être et un décor plus complexe. Le stand-up américain est plus minimaliste. Un homme ou femme et un micro. Et en plus on parle souvent au public pendant nos shows. C’est plus comme une conversation. Mais je pense que le stand up français ressemble de plus en plus au stand up américain.

Tu as fait America’s got talent en 2014 et tu as été jusqu’en demi finale. Cela a changé quelque chose dans ta carrière ?

Je suis plus connu qu’avant AGT. Je gagne un peu plus d’argent. Mais le changement n’est pas si énorme que cela. Il y a tant d’émissions à la télévision de nos jours. C’est difficile de se faire remarquer.

Une anecdote marrante de ce qui a pu t’arriver sur scène à nous raconter ?

Une fois à Indianapolis, il y avait une bagarre dans le public pendant que j’étais sur scène. Je n’ai jamais su comment elle a commencé. Il fallait attendre dix minutes pour sortir les bagarreurs du club et reprendre mon show.

Retrouvez toutes les actualités de Dan Naturman sur sa page Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *