De l’intérêt de chauffer la salle…

Plateau de stand-up à Caraguatatuba (Brésil) Crédit Photo : Luís Gava/PMC

L’explosion récente du stand-up ces dernières années a entraîné l’arrivée d’un public souvent néophyte. C’est la raison pour laquelle les plateaux commencent toujours par « la chauffe ». Comme son nom l’indique, l’humoriste doit chauffer le public en partant en totale impro. Nous avons demandé à trois humoristes de nous en dire plus…

Tareek : «Une chauffe ce n’est pas venir sur scène et dire « Alors ça va ce soir ? » »

Tareek au We Love Comedy 3 à la Cigale.
Crédit photo : Thomas O’Brien

En tant que chauffeur professionnel, je peux affirmer que c’est très important pour savoir ce qu’il va se passer. Tu essaies de mettre la salle dans des bonnes conditions, de bonnes dispositions pour prévenir les gens. Cela permet aussi à l’humoriste de se tester et de se mettre à l’aise.

C’est pas donné à tout le monde de savoir le faire. Tout le monde ne sait pas faire d’interactions. Aujourd’hui une chauffe ce n’est pas venir sur scène et dire « Alors ça va ce soir ? ». Cela consiste à créer un sktech d’introdution. Je pense qu’on est pas nombreux à savoir le faire. C’est important et il faut savoir que les comédiens qui « chauffent » ont une grosse pression. Il ne faut pas décevoir le premier comédien qui va passer après et pouvoir l’envoyer dans les meilleures conditions.

Umut : «Comme si tu étais en face d’un mur de glace que tu dois faire fondre par petites touches.»

Umut. Credit Photo : Christine Coquilleau

Celui qui fait la chauffe prend la température et essaie de faire en sorte que la soirée se passe bien. Quand une chauffe est bien faite et que le chauffeur de salle a mis tout le monde à l’aise, les gens sont un peu plus détendus. Même pour la personne qui le fait, la personne est plus détendue et il est plus apprécié du public.

Le stand-up n’est pas encore installé, donc pleins de gens viennent sans savoir ce qu’il va se passer sur scène. C’est aussi un moyen de nouer le contact avec le public et notamment ceux qui sont crispés. Si tu arrives à trouver les bonnes personnnes dans la soirée, ils vont débloquer. Le public n’est jamais le même. Quand tu passes après quelqu’un tu règles la température car tu entends des rires à travers le rideau. En tant que chauffeur de salle tu es confronté à l’inconnu. Un peu comme si tu étais en face d’un mur de glace que tu dois faire fondre par petites touches.

Comme je suis nouveau dans le stand-up, je suis assez à l’aise. Comme j’ai fait énormément de chauffe-passage donc je chauffe puis je fais mes sketchs. A force de trop en faire. Quand Hakim Jemili annonçait un plateau avec Gad Elmaleh et pleins d’autres artistes. Pour rigoler, je lui ai dit « Je vais faire la chauffe ». Il m’a proposé de passer. Je lui ai dit « Je fais tellement de chauffe que mon spectacle va s’appeler « chauffe-case ». Il a posté cela sur Insta, Gad a vu cela et comme il me connaissait il m’a proposé de venir faire la chauffe. Finalement, j’ai même pu faire même un sketch. 

Merwane B : « Faire sortir les premiers rires.»

PMerwane B. Crédit Photo : Betty Durieux

Tous les gens qui sont dans la salle fassent connaissance très rapidement et qu’ils se rendent compte qu’autour d’eux sont pareil. Après c’est aussi un pretexte pour faire des blagues et expliquer le principe du plateau. L’objectif c’est de mettre les gens dans de bonnes conditions.

Il y a des gens qui n’ont jamais vu de plateau de stand-up et/ou qui ne savent pas qui joue, voire d’autres personnes qui sont avec leur manteau et qui ne sont pas détendus. Nous devons donc faire en sorte de faire sortir les premiers rires.

J’aime bien faire la chauffe, après je m’amuse plus quand je fais mon texte. La chauffe c’est une question d’habitude, en fonction de ce que les gens vont te dire tu sais quoi leur répondre. C’est ce moment où tu enlèves le quatrième mur.

Richard Sabak : «Donner le ton de la soirée»

Le stand-up est en train de se mettre en place avec un nouveau type d’humour, vu que c’est une discipline qui n’existait pas avant. Le chauffeur de salle doit pouvoir conditionner le public à recevoir ce genre de vannes. Leur expliquer les règles du jeu et le fait qu’il n’y a pas de quatrième mur.

Sa présence permet de donner le ton de la soirée et donner beaucoup d’énergie si le public est pas trop dedans. Cela peut influencer le déroulement de la soirée. C’est un peu les préliminaires.

L’actualité des artistes sur leurs comptes Instagram :
* Tareek
* Umut
* Merwane B
* Richard Sabak

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *