Elsa Barrère : “On est pas meilleur ou moins bien parce qu’on est LGBT”

elsa-barrere

Elle a réalisé plusieurs courts-métrages, animé plusieurs chroniques à la radio, écrit pour des émissions télévisées et  écrit un livre. Elsa Barrère est une artiste qui donne de l’importance à ses textes toujours plus crus, direct et pleins de franchise.  Nous sommes allés à la rencontre de la comédienne qui joue actuellement son spectacle Pour dire je t’aime au théâtre de La Cible

Tu n’as pas toujours été humoriste. Comment t’es venue l’envie de tout quitter pour la scène ?

Le déclic s’est fait quand j’étais hôtesse de l’air. J’avais déjà fait un court-métrage et je sentais que c’était mon truc le spectacle, les films, raconter des histoires, et puis je voulais aussi être dans la lumière. En tant qu’hôtesse de l’air, je voyageais beaucoup. J’allais à Tahiti et tous mes potes me disaient que j’avais beaucoup de chance. De mon côté, j’en avais des crises d’angoisses pas possible. Donc j’ai fini par laisser mon métier d’hôtesse. Cela fait maintenant entre dix et quinze ans que j’ai tout quitté pour la scène.

Il y a une espèce de consanguinité dans le communautarisme qui m’angoisse.

Tu parles souvent de la communauté LGBT, est-ce ta manière de montrer ton engagement et ton appartenance à celle-ci ?

Par définition j’appartiens à cette communautée, mais je n’aime pas du tout le militantisme lesbien et tout le féminisme autour. Pour moi on est pas meilleur ou moins bien parce qu’on est LGBT. J’ai un point de vue très à contre pied et sincère sur le sujet, sans vraiment chercher une posture engagée.

Si je fais partie de cette communautée c’est juste parce que: je suis tombée amoureuse de filles, donc je suis lesbienne, mais aussi hétéro, parce que j’ai déjà couchée avec des hommes. Donc je me vois comme.. hétéro-bi. Plus globalement, je n’aime pas le communautarisme. Il y a une espèce de consanguinité dans le communautarisme qui m’angoisse.

Pourquoi avoir choisi “Pour dire je t’aime” comme titre de spectacle ?

C’est par rapport à la pub Sheba “Pour dire je t’aime” [c’est une référence à un sketch dans son spectacle NDLR]. Toutefois, il y a aussi un double sens plus positif pour dire que malgré tout, j’ai quand même trouvé l’amour. En fin de compte ce titre est là pour dire que c’est quand même un truc sympa (rires ndlr).


Qu’est-ce que tu aimerais qu’on retienne de ton spectacle ?

Qu’il est cash, politiquement incorrect et que le communautarisme LGBT en mode lesbienne ça m’agace.

“ J’ai un humour assez offensif ”

Le politiquement incorrect est quelque chose qui te qualifie on dirait ?

C’est vrai que j’ai un humour assez offensif, notamment depuis mon passage chez Groland. Hormis cela, il m’est déjà arrivée d’avoir des clashs à cause de mes blagues, comme avec les transexuels plus récemment.

Elles étaient hyper agressives. Elles m’ont écrit sur la page de Groland, ont menacé de porter plainte alors que j’avais juste fais une blague. Je pense qu’on aurait pu trouver une solution ensemble. C’est ce qui me déplaît dans les règles du politiquement correct, elles ont voulu m’écraser à cause d’une blague !

Groland – 13 coups de une heure

Scandale au Groland 😱 Frikian Proulala, le gagnant des « Treize coups de une heure » est lui aussi accusé !

Publiée par Groland sur Lundi 8 avril 2019

Qu’est-ce qu’il t’es arrivée de plus étrange en sortant de scène avec ton public ?

J’ai eu des belles filles qui m’attendaient et j’étais super contente, je me disais “ah ouai la classe, elles sont là pour moi “. Elles arrivaient hyper souriantes et en fait c’étaient des comédiennes ou des nanas un peu dans le game qui voulaient des tuyaux. Donc elles commençaient en disant “Ouai, c’était bien. Mais sinon euh.. comment dire.. ça fait combien de temps que tu fais ça ?

Et tu l’écris seule ton spectacle ?” parce qu’elles ne savaient pas écrire elles. Quand elles comprenaient que moi oui, elles étaient dégoutée. Du coup elles finissaient par “Et comment on fait quand on ne sait pas écrire ?”. En fait c’était juste des belles nanas qui me demandaient des conseils pour me doubler.

Enfin pour terminer, est-ce que tu as un rituel avant de monter sur scène ?

Euh.. Oui.  Avoir peur dans le métro en venant à Pigalle. Je viens toujours sur la ligne 2 et il y a toujours des trucs un peu casse pied ou des gens bizarre.

Retrouvez Elsa Barrere pour son spectacle Pour dire je t’aime au théâtre de la Cible tous les vendredis à 21 h.

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *