Jonathan O’Donnell : « Il se passe toujours quelque chose à mon spectacle »

jonathan odonnel

Costume, cravate et bureau. Ce sont les trois mots qui rythmaient le quotidien de Jonathan O’Donnell. Il démarre une carrière de recruteur en 2010 après avoir été diplômé d’une école de commerce à Paris. Pourtant, ce qui le passionne réellement c’est l’humour. Vivre aux sons des rires qu’il déclenche, c’est son rêve d’enfant. En effet, tout petit c’était un addmirateur d’Elie Kakou, Gad Elmaleh et Franck Dubosc, son rêve c’est monter sur scène et faire rire. 

Comment as-tu eu ce déclic pour l’humour ?

C’est un rêve de gosse que je pensais inaccessible et que finalement je réalise aujourd’hui. Je viens de Picardie et là-bas, on ne t’explique pas comment monter sur scène. Du coup, j’ai suivi la voie classique : bac – études – CDI. Mais j’ai vite compris que je ne pourrais pas faire ce métier pendant 40 ans. Et c’est là que je me suis mis à écrire et à me renseigner sur le métier, comment monter sur scène, où le faire etc… J’ai fait une vraie étude de marché car je flippais, et puis grâce à quelques bonnes rencontres, j’ai fini par me lancer ! 

Comment était ta première scène ?

Elle était bien ! Vraiment ça s’était bien passé ! Bon même si avec le recul, quand je regarde la vidéo, car oui j’avais filmé évidemment, je me déteste (rires). Mais je me rappelle, c’était un 4 février, un lundi soir au Chinchman Comedy Club. La journée j’avais posé un RTT au boulot, tellement j’étais stressé ! Le soir, j’avais des copains qui étaient venus me soutenir. C’était les seuls au courant, je n’en avais parlé à personne. J’étais fier car ça s’était bien passé, et eux étaient surpris car ils ne savaient pas du tout ce que j’allais faire, si j’allais faire rire. Donc bonne surprise pour eux, et pour moi aussi. Aujourd’hui, ils sont toujours là à me soutenir. Rien n’a changé. Et pour moi ce soir-là a été une révélation. J’ai compris tout de suite que c’est ce que je voulais faire de ma vie. 

Pour toi quel est le point fort de l’humour ?

Le point fort de l’humour, c’est que c’est universel. Tu peux le pratiquer partout et avec tout le monde. Et ça c’est un vrai kiff. Quand dans ma salle de spectacle je vois des jeunes, des vieux, des couples et des gens de toutes origines, bah je suis encore plus heureux de rassembler tout ça. J’aime l’idée que deux personnes peuvent ne pas se connaitre, n’avoir rien en commun, mais une fois dans la salle, se marrent sur les mêmes choses. 

As-tu besoin de faire rire ou besoin de t’exprimer ?

Moi j’ai besoin de faire rire. Je ne sais pas si ça peut s’expliquer, mais c’est ce qui me procure le plus de plaisir. Une vanne, un rire, et je suis content ! C’est dur d’expliquer cette sensation, mais je pense que tous les humoristes ressentent ça. Quand tu fais marrer les gens, intérieurement t’es bien. Tu fais kiffer les gens, grâce à toi, l’espace d’un instant, ils oublient tout et ils rigolent. Et bah provoquer ça j’adore. 

T’inspires-tu de ta vie privée pour écrire ton spectacle ou tu préfères imaginer un personnage ?

C’est totalement ma vie qui est relatée dans le spectacle, c’est du personnel, parfois même très personnel. C’est comme ça que je voulais le concevoir, et c’est ça que j’aime raconter. Des anecdotes authentiques où tu sens le vécu. Et évidemment je parle de moments de ma vie qui parlent aussi aux autres. C’est mon but. Qu’on rigole de mon autodérision, mais qu’on s’y retrouve aussi. Donc à chaque fois qu’il m’arrive quelque chose d’un peu atypique, bah je le note et je mets ça de côté pour essayer d’écrire un sketch dessus. 

Et pour finir, aurais-tu une petite anecdote drôle sur tes passages en radio ou sur scène ?

Ah elle est compliquée cette question parce qu’il se passe toujours quelque chose à mon spectacle ! Je ne sais pas comment l’expliquer, mais j’ai un super public, avec qui j’ai un bel échange, et donc il y a toujours des anecdotes. Celle qui m’a le plus marqué, c’est ce jeune « couple » et oui je mets des guillemets car ils s’étaient rencontrés plus tôt dans la journée avant de poursuivre leur rencard à mon spectacle ! Le garçon avait dragué la fille dans la rue, lui avait offert un verre, et dans la foulée lui a proposé d’aller à mon spectacle ! Je ne sais pas ce qu’ils sont devenus mais j’espère qu’ils sont encore ensemble. 

Retrouvez Jonathan O’Donnell au Paname Art-Café et tous les matins dans Double Expresso sur RTL2. 


1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *