L’Édito de la semaine

Edito

En ce jour de fête nationale, le pays a de quoi chercher comment arborer fièrement ses couleurs. 

Que l’image de notre gouvernement ne soit pas reluisante, ce n’était pas un scoop mais qu’on lui jette en pleine face son « incompétence », ça faisait longtemps ! À croire que le pays rumine sa déception depuis 2012… Chaque jour le moindre fait et geste, le moindre mot, le moindre clignement d’oeil, le plus petit battement de cil est interprété. Tout est décortiqué et ce, pour notre plus grand divertissement quotidien. Cette semaine un des soldat a été piégé(e) par « l’infâme » et protocolaire Jean-Jacques Bourdin et envoyé(e) au coin devant toute la classe avec en prime l’ancestral bonnet d’âne sur la caboche. Manoeuvre effectuée de main de maître puisque désormais toute la clique est terrorisée à l’idée de passer au tableau ! Mais attention il y a encore plus blâmable que la troupe gouvernementale, le monde du sport est montré du doigt ces derniers jours avec une histoire de…quoi ? Vous dites ? Dopage ? Et vous appelez ça un scoop ?!! Bon ok, on vous l’accorde. Mais seulement parce qu’il y a corruption ! 

Mais pour parler d’évènements vraiment surprenants, direction l’Afrique du Sud et ses montagnes de Cape Town devenues mystiques depuis dimanche… En effet le ciel a livré la plus grosse intox de la semaine en même temps que ses nuages lenticulaires. Mis à part l’aspect insolite de l’image, il est vrai que le fait suivant ne présente pas un intérêt majeur ni même une surprise particulière. Par contre l’effet qu’il aura sur des milliers d’internautes est bien plus fun. Attention, illustration ! 

CTboMXlW4AEuUuS 

Alors ? Vous ne voyez toujours pas le délire qui a pu se développer dans des têtes légèrement illuminées de fantasmes intergalactiques ? Eh bien oui. Cet effet météorologique a excité et alimenté cette communauté aux yeux déjà toujours tournés vers le ciel, pour ne pas dire à la tête dans les nuages. Mouahah. Vous m’accorderez cet effet, ma foi, trivial n’est-il pas ?

Mais parfois il vaut mieux rêver à une vie extraterrestre. Parce que si l’on ausculte de plus près l’espèce humaine, on peut s’interroger sur la stabilité psychique du commun des mortels. Est-ce que fantasmer une vie au-delà des étoiles ne serait pas plus sain que de s’écharper au milieu d’une enseigne internationale pour se payer (le comble !) la dernière robe griffée d’un styliste qu’on ne peut s’offrir habituellement pour être, comme le chante si bien notre Maestro Gigantesque des ondes radios, « sapé comme jamais« …? 

C’est la question à un million de dollars ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *