TOP

La consult de Melody #3

23 septembre 2021

3ème séance

J’ai pas grand chose à dire. J’ai pas très envie aujourd’hui, pour tout dire… Mais j’ai bien envie de retourner sous ma couette par contre. La lune descendante a fait chuter mon taux d’ocytocine aussi violemment que la perte d’un contrat à 56 milliards d’euros… Si cette comparaison ne résonne pas en vous, sachez que Manu s’est pris un contre-Uno par Joe Biden et Boris Johnson en se voyant sucrer un contrat de vente bien salé pour des sous-marins. Grosse crise diplomatique du coup, parce que rompre un contrat bah c’est pas classe. “Donner c’est donner, reprendre c’est voler t’as vu.”

Il parait que quand on n’a plus rien à dire à son psy, c’est là que commence l’analyse. 

On serait donc déjà à un stade très avancé du travail en seulement deux séances ! Je nous trouve très doués… Un peu précoce quand même. J’ai un peu la frustration des préliminaires bâclés. Faudrait pas qu’on se retrouve dans une routine. Faut maintenir la flamme. Revenir à l’état sauvage, sortir le loup de sa cage. À tout prix ! Garder le cap, la tête hors de l’eau. Rester au niveau. Aimer. Performer. Désirer. Tout le temps. Sans savoir s’il reste encore des braises. 

Je suis mélancolique… je m’égare. C’est labyrinthique le chemin analytique, j’ai peur que même Ariane ne s’y retrouve pas et perde le fil. 

On va reporter encore un peu ces conneries. En plus, je préfère la futilité des problèmes de ce bas monde à mes propres névroses… Y’a beaucoup plus à dire que sur ma petite enfance qui doit s’articuler autour d’un seul traumatisme tellement enfoui qu’il doit déjà être momifié. Pourquoi aller chercher un souvenir qu’on a oublié ? 

Oublier. C’est pratique parfois d’oublier. J’avoue que moi ça me fait peur. 

Le 21 septembre, c’était la journée mondiale de sensibilisation ou de mobilisation (je ne sais pas trop, sans doute les deux) pour la maladie d’alzheimer. 

Voilà c’est tout. Aller, bisous ! 

Non bien sûr ce n’est pas tout ! C’est vrai que c’est pas rassurant de se rappeler (enfin, pas tout le monde manifestement) qu’il y a tant de merdes qui peuvent nous tomber dessus à la préretraite ! 

Y a qu’à choisir au buffet de tes 50 ans. Tu peux prendre le menu découverte, histoire de goûter un peu à tout. Un petit cancer en entrée, classique, pour l’expérience et ne pas mourir con (faut suivre la tendance). Une légère insuffisance coronarienne en plat de résistance (lol..) pour relever un peu les saveurs, plus épicé. Un alzheimer en entremet, histoire de faire une pause. Et puis un AVC en dessert, une explosion de saveurs, furtives, pour finir en beauté. 

Comment plomber l’ambiance en 1 leçon. 

C’est pour moi, plaisir d’offrir. 

J’avoue, je suis en phase Lexo. J’ai le moral au même stade que la tuyauterie de la capsule Crew Dragon de la mission Inspiration 4. Plein de merde. Comme quoi même dans l’espace, la problématique d’une évacuation discrète et inodorante de nos déchets organiques (appellation scientifique du caca) demeure une préoccupation importante. Askip’, il y aurait eu un souci avec le ventilateur d’évacuation. Apparemment les passagers n’auraient pas craché sur un petit Febreze des familles pendant leur escapade. C’est ballot de payer des millions pour aller mater la Terre façon Gravity et respirer non stop sa propre litière pendant trois jours. 

Comme quoi, il suffit d’un rien pour relativiser.

Aller, c’est une belle journée, je vais me coucher.

Love, Durex et Lexomil

Mélody