On était à la deuxième édition de Noir

Après une première édition qui s’était jouée à guichets fermés, l’Européen accueillait la deuxième soirée du spectacle Noir. Le concept proposé est original : des humoristes jouent leurs sketches une salle plongée dans le noir complet. Nous y étions et on vous raconte tout.

Il est 21h30 rue Billot et une importante file d’attente s’est déjà formée devant la salle de l’Européen. Le public venu en nombre est venu assister à la deuxième représentation programmée ce soir pour la deuxième édition de Noir. Ce spectacle original propose en effet au public de voir ou plutôt d’écouter quatre humoristes qui se partagent la scène pendant plus d’une heure. Les quatre artistes qui ont accepté de se prêter au jeu sont Mathieu Madénian, Thomas VDB, Baptiste Lecaplain et Yacine Belhousse. 

La salle se remplit peu à peu et les enceintes envoient une programmation musicale dans le thème de la soirée. Après la chanson Noir c’est noir de Johnny Hallyday, on enchaine sur un titre de Back to black, l’album cultisme d’Amy Whinehouse . Une voix annonce le début des festivités et c’est alors que la salle est plongée dans l’obscurité. Les humoristes se réunissent sur scène et peuvent commencer à jouer leurs sketches.  

thomas vdv lecaplain belhousse navo madenian

(Légende : de gauche à droite Mathieu Madénian, Baptiste Lecapain, Yacine Belhousse, Navo et Thomas VDB)

Yacine Belhousse joue de la guitare

Des sketches justement qui sont totalement inédits. Mathieu Madénian ouvre les hostilités et nous raconte son problème de panne d’oreiller dans un hôtel bon marché. Thomas VDB lui s’interroge à haute voix et se demande s’il peut jouer tout nu, vu la configuration. Quelques spectatrices en profitent pour hurler « A poil« . L’une d’entre elles prend un peu trop ses aises et Monsieur VDB la tacle gentiment. Yacine Belhousse joue sa partie et propose même de jouer un morceau de guitare ou plutôt une chanson d’amour à l’humour noir qui parle d’un couple victime d’un crash aérien. Baptiste Lecaplain lui s’interroge notamment sur les français qui mettent des commentaires en anglais dans leurs publications Instagram.

Le spectacle se termine et les spectateurs applaudissent longuement la prestation des artistes. La salle se rallume et c’est le titre Black Hole Sun de Soundgarden qui accompagne les spectateurs vers la sortie. Bruno Muschio alias Navo qui a été chargé d’assurer la mise en scène de l’événement se souvient que les artistes ont affiché leur surprise au moment des répétitions « Au début les humoristes trouvent que c’est cool, après ils ont peut peur de faire cela dans le noir.  Le plus marrant c’est le jour de répétition. C’est là qu’ils se rendent compte à quel point on est dans le noir. D’ailleurs, on met des bandes fluos dans notre sens et en bord de seine pour pas qu’ils tombent de la scène et qu’ils meurent (rires). « 

Un concept qui n’est pas radiophonique

Peut-on voir une différence entre un spectacle joué dans le noir par rapport à une configuration classique ? Oui a en croire Navo : « Les gens se permettent plus de rire à des trucs auxquels ils n’aurait pas ri si on savait qu’ils n’étaient pas dans l’obscurité. Cela marche bien sur les blagues méchantes ou sales. Le point négatif, c’est que s’il y a un relou, il est beaucoup plus à l’aise ». Jouer dans le noir pourrait s’apparenter à un exercice radiophonique en apparence. Même si Bruno Muschio ne partage pas cette idée : « Il y a quand même une différence avec la radio. C’est une autre expérience. On est dans une ambiance différente. Tu sens vraiment que les artistes sont dans la salle avec toi, contrairement à la radio. »

Le concept semble très bien marcher auprès du public. En effet, une deuxième séance d’affilé a été rajoutée le même soir qui s’est rajouté à la première joué à guichets fermés. Pour ceux qui ont raté les deux premières éditions, une troisième est prévue pour le mois de décembre. D’ailleurs, Navo sait déjà comment rendre l’exercice plus intéressant : « Pour la deuxième édition, on s’est dit qu’il fallait plus d’interactions entre les humoristes. Je pense qu’on va essayer d’aller plus dans ce sens pour la prochaine édition. « 

Retrouvez la troisième édition de Noir, le 6 décembre 2017 à 19h30, toujours à l’Européen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *