La Petite Kabyle, de la comédie à la mode.

sonia amori

Sonia Amori est actrice mais depuis peu elle s’est lancé dans l’aventure du prêt à porter. La jeune comédienne vient tout juste de créer sa marque : La Petite Kabyle. Plus qu’un projet personnel, cette marque vise à promouvoir ses origines et la culture berbère, tout en proposant des produits éthiques.

Il est 15 heures et en ce jeudi après-midi, la café Lomi dans le 18eme arrondissement est bien rempli malgré l’affluence le café est dans une ambiance posée, c’est là qu’une silhouette déboule pour briser le calme apparent. Sonia Amori arrive les bras chargés avec des produits de la marque qu’elle vient de créer. Depuis quelques semaines, la comédienne a un planning surchargée : gestion de sa collecte de fonds sur Kiss Kiss Bank Bank, rendez-vous avec les créateurs…

Une nouvelle vie donc pour cette actrice qui a voulu se lancer dans la comédie, après avoir une pièce de Molière : « Cela est venu petite, je sais pas pourquoi car je prenais a coeur la question de savoir ce que je deviendrais plus tard. Un jour j’ai vu une pièce de théâtre, Le malade imaginaire de Molière comme d’autres comédiens qui m’en ont parlé. » Elle a commencé par un rôle, en 2006, dans une série diffusée sur Canal plus La Commune ou elle partageait l’affiche avec un autre comédien débutant à l’époque, un certain Tahar Rahim. Depuis elle a enchaîné les rôles, avant de se lancer tout récemment dans l’aventure de la mode.

L’influence de la culture berbère

Le nom La petite Kabyle est un hommage à ses origines pour cette jeune créatrice née à Tizi Ouzou : « Cela faisait quatre ans que je voulais parler des kabyles et je me demandais comment faire cela, je me suis dit soit j’écris un livre, mais je me suis dit laisse tomber (rires) ou alors faire un film ». C’est alors qu’elle eu une tout autre idée : «Pour avoir un impact dans la société les habits c’est ce qui voit le plus. Des beaux habits avec des produits de qualité, cela reste longtemps dans la garde robe. On peut les porter très longtemps, donc c’est vu par un max de personnes. Il y a rien de mieux que d’avoir comme ambassadrice quelqu’un qui porte mes créations. »

Les produits qui reprennent les couleurs berbères : le bleu pour le ciel, le jaune pour le sable du désert, le vert pour la nature et le rouge pour le coeur, le sang berbère. C’est au Musée Berbère du Jardin Majorette, à Marrakech qu’elle a pu trouver toutes ses inspirations. Une fois ses choix arrêtés, elle a investi toutes ses économies dans le projet, tout en faisant appel à sa débrouillardise. Pour la vidéo de promotion de sa marque, elle a contacté Yelli Yelli, un groupe de rock bordelais, dont la chanteuse est également d’origine kabyle. Cette dernière a gracieusement accepté qu’une de ses chansons soit utilisé pour le clip de promotion. 

Une visée internationale

Pour lancer ses premières productions, Sonia Amori a lancé, il y a quelques jours un appel aux dons sur Kiss Kiss Bank Bank. L’objectif : récolter quasiment 6000 euros, en un plus d’un mois. A long terme, elle veut que ses créations soient portés par des femmes du monde entier tout en comprenant la richesse et la diversité de la culture berbère : « Mon pari sera gagnée si une française, une new yorkaise ou une espagnole, arrivent a comprendre ce que c’est la culture berbère qu’elle soit chaoui, chleuh, kabyle, zenaga. » 

En attendant de retrouver ses vêtements sur les podiums de défilés ou dans les meilleures boutiques de prêt à porter, la jeune créatrice continue sa carrière dans la comédie. Un métier qu’elle est loin d’arrêter malgré cette nouvelle aventure…

Pour participer au Kiss Kiss Bank Bank de La Petite Kabyle c’est ici 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *