Shirley Souagnon : « Le stand-upper doit rester dans la vie ordinaire »

le stand up français

Shirley Souagnon a réalisé un documentaire sur le stand-up, cela s’appelle  tout simplement Le Stand-Up Français ( au smartphone ). Comme son nom l’indique, le documentaire s’intéresse à cet art. La comedienne a embarqué son téléphone à différents endroit pour en faire un bilan mais aussi faire découvrir cet art au grand public.

Au début du documentaire vous dites que vous l’avez fait « pour faire découvrir le stand-up ». Quel a été le déclic ?

Une remise en question de mon métier déjà. C’est assez bizarre de faire un métier qui n’existe pas vraiment- J’avais besoin de faire un bilan et de là où on en était. Au début c’était une démarche personnelle, donc je ne voulais pas le diffuser. Finalement, il y avait tellement de gens impliqués que je me devais de le sortir. On m’a démarché pour une diffusion télé alors que ce n’était vraiment pas le but pour moi. L’objectif : c’était de montrer une oeuvre qui puisse appartenir à tout le monde.

Pourquoi vous dites que « c’est un métier qui n’existe pas dans mon pays » ?

C’est un métier qui commence tu n’as pas encore toutes les règles. On a pas encore des modèles de stand-up très forts parmi les artistes vivants. C’est normal dans un sens car nous sommes encore trop jeunes. C’est nouveau en France. 

Sugar Sammy explique tout de même qu’il a existé à un moment mais il y a eu un trou pendant longtemps, comment expliquer ce retour en force par rapport aux sketches à personnages ?

Je pense que c’est un reflet de la société dans laquelle on vit. Pour moi l’arrivée d’un art dans une société est synonyme de changement dans cette société. Je pense qu’il y a vrai changement qui s’est opéré dans cette société et qui a du mal a être opéré. La mixité culturelle dans laquelle on vit doit se traduire dans la société. L’humour étant une forme d’art qui permet à n’importe qui de s’exprimer. L’avantage est qu’on a pas besoin d’être comédien pour faire du stand-up. Il suffit d’être un bon auteur tout en étant marrant et ayant des idées interessantes et intelligentes. C’est la différence avec les sketches ou du théâtre où te demande d’être un bon comédien. Je crois que cet art là correspond plus à la société dans laquelle on vit où la performance artistique  sur scène est moins importante. On attends juste des gens qu’ils soient eux mêmes sauf que la société française ne nous le permet pas vraiment. 

Par rapport à quoi ? 

Par rapport aux présidents successifs qu’on a eu et leurs phrases comme « le bruit et l’odeur » ou « on va tout nettoyer au karcher ». Il y a beaucoup de choses qui ont été faites qui ont blessé une communauté. Le stand-up est en quelque sorte une réponse aux politiques avec les politiques comme la soit disante diversité ou la discrimination positive.  Le stand-up ce n’’est pas un casting. Tu peux être qui tu veux, tant que tu es différent c’est bon. On dirait qu’actuellement pour être parfait il faut être un mec hétéro blanc. Donc je pense que le stand-up répond à cela. 

Les sketches doivent-ils s’adapter au mode de vie du comédien ?

Le stand-upper doit rester dans la vie ordinaire même si tu es très riche, tu peux continuer à travailler comme c’est le cas aux Etats-Unis et comme Gad le fait actuellement. Je pense que c’est cela qui entraine un manque de renouvellement de ton art. Même si tu es riche, tu peux continuer à parler au peuple. Je sais que je suis plus riche que la plupart des gens qui viennent me voir dans la salle mais cela m’empêche pas de leur parler normalement par ce que ma vie est normale. C’est un truc qu’il faut s’imposer : faire le ménage, prendre le métro ou sortir son chien. 

Gad Elmaleh comparait le stand-up actuel aux débuts du rap.Partagez-vous cet avis ? 

C’est pas faux. Le rap au début c’était controversé, critiqué par l’élite par les médias et au final ce sont eux maintenant qui font le plus d’argent dans la musique. Le stand-up est en train de devenir très populaire. Tu peux le consommer à la télévision, à la radio sur Internet. C’est une écriture que tu retrouves partout désormais en premier dans les films. 

Même Barack Obama a fait des discours en mode stand-up…

Tous on des auteurs de stand-up. La différence c’est qu’aux Etats-Unis, l’écriture du stand-up est respectée. Le divertissement, le stand-up est respecté. Ce n’est pas vu comme quelque chose d’élitiste. De toute façon les stand-uppers ne se prennent pas pour des artistes ce que je trouve dommage car tout se passe pareil. 

Dans le documentaire il est inclus dans le titre « Filmé à l’Iphone », pourquoi ce choix ?

J’ai fait cela parce que je respecte le public. Le film est cool mais cela se voit que c’est filmé à l’arrache même si certains n’y ont pas prêté attention. C’est aussi une histoire de son. Si je n’avais pas précisé je me serai exposé aux critiques, alors que le fait de préciser on me dit que c’est une performance incroyable.

Au début je filmais les copains. Comme j’étais surprise par la qualité de l’image. Je me suis dit, en fait je pourrais m’éclater avec cela. Ce qui me permettrait d’obtenir plus de choses des intervenants. C’est venu de façon évidente. Même si je n’avais aucun idée de ce que je voulais en faire. Plus cela allait, plus je le disais. 

Le documentaire de Shirley Souagnon à retrouver en intégralité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *