Alexis, Le Rossignol

Quand Alexis Le Rossignol se présente sur scène, une épaisse fumée sort des coulisses, un peu comme dans ces shows à l’américaine. Sauf que ce n’est pas Céline Dion qui apparaît mais un trentenaire paumé et plein d’auto-dérision qui vient partager avec vous ses histoires délirantes.

Épais comme un sandwich SNCF et habillé d’une liquette Emmaüs, il arrive comme s’il n’était que de passage, comme un pote qui vient raconter une histoire avant de repartir. Mélange entre Didier Super et Desproges, Alexis Le Rossignol fait rire.

L’humoriste nous emmène dans sa vie quotidienne : ses expériences urinaires d’expatrié au Mexique durant laquelle il rencontre quelques déboires avec la justice mexicaine. Mais il nous parle aussi de lui, de son rapport à sa région paumée, du sport qu’il ne fait pas, du féminisme qu’il ne comprend pas et des bullshit job qu’il a bien connu avant de se lancer sur scène.

Sans fard, ni artifice, son aisance et sa présence scénique conquièrent le public en un instant. Entre improvisations maîtrisées et tests de vannes assumés, on assiste à un vrai moment de stand up tant la barrière entre le public et Alexis semble abolie.

Alexis Le Rossignol est drôle sans forcer. Ici, pas de personnages, de mimiques ou de clowns, son spectacle s’inscrit dans la veine la plus pure du stand up. Ce sont des histoires banales mais racontées avec finesse et sincérité.

L’écriture est ciselée, simple et rythmée. Pas de vannes faciles mais un texte limpide et drôle qui se déroule sans que l’on voit l’heure passer.

Vous pouvez retrouver Alexis Le Rossignol sur France Inter dans l’émission La Bande Originale et au Point Virgule les jeudis, vendredis et samedis à 19h.

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *