TOP

Le talentueux Monsieur Bill Burr

Le comédien Bill Burr a publié en 2014 un show intitulé I’m Sorry You Feel That Way sur Netflix. Dans ce special, l’un des stand-uppers les plus appréciés des autres comiques emmène le public dans un trip de rire bien enragé.

Bill Burr exerce depuis près de trois décennies son métier de stand-upper. Il est souvent cité en exemple par la plupart des humoristes qui voient en lui un modèle de comédien accompli. Ses confrères l’admirent et le remercient de repousser sans cesse les limites de la décence. 

Cette posture de stand-upper absolu choque une partie du public, peu habituée au style brut de décoffrage de l’artiste. Bill Burr pratique le stand-up à la manière d’un sport extrême, au risque de provoquer des réactions violentes sur les réseaux sociaux. 

Bill Burr carbure au fiel

Filmé en noir et blanc, le spectacle I’m Sorry You Feel That Way est un concentré de ce que le comédien sait faire de mieux : produire un show humoristique régressif et viscéral. Pendant quatre-vingt minutes, le public rit et applaudit à tout rompre, conquis par le pouvoir comique de l’artiste.

 

 

Bill Burr démarre son show en parlant de l’obligation contemporaine faite aux gens d’être lisses et gentils. Le comique lutte à sa manière contre cette injonction. Pour Bill Burr, la société nous oblige à être sympas et compréhensifs envers tout le monde, et plus particulièrement avec les petits groupes de gens. Il cible en premier lieu la population vegan et termine sur les cultes, avec une mention spéciale pour les scientologues.

Crise de la quarantaine

Pour Bill Burr, il faut se méfier du temps qui passe au risque de se retrouver très vite dépassé. Le comédien raconte qu’il devait aller jouer dans une fac. Pour rester dans le coup, il a cru bon de se familiariser avec la musique écoutée par les étudiants. L’humoriste a opté pour des sons fabriqués par des DJ. Mais impossible pour le stand-upper d’apprécier ces musiques qu’il trouve « merdiques ». 

Bill Burr poursuit dans son délire. Il affirme qu’il n’en peut plus des gens de son âge qui ont des gosses et qui lui font comprendre que, sans enfants, le comédien ne pige rien à la vie. L’humoriste se demande s’il ne serait pas temps d’en adopter un ou deux avant qu’il ne soit trop tard. Mais Bill Burr ne veut pas choisir n’importe quel type de môme ; il en veut au moins un qui sache coudre et un autre qui puisse balancer des grenades en cas de guerre.

 

 

Vivant à Los Angeles, l’humoriste explique ensuite qu’il n’en peut plus de cette ville qui va dans tous les sens. Il envisage d’avoir son propre hélicoptère pour survoler toute l’agglomération même si sa femme le regarde de travers quand il lui annonce son intention. Bill Burr s’en tamponne de son avis. Il va l’avoir son helico, quitte à le planquer dans la baraque. Le comédien en profite pour narrer une anecdote mi drôle mi tragique à propos du propriétaire d’une compagnie d’hélicoptère.

Un comédien présent sur plusieurs fronts

Depuis quelques années, le stand-upper multiplie les projets. Il fabrique des special qu’il diffuse sur Netflix et se produit sur scène à rythme régulier. Bill Burr est notamment à l’origine de l’animé humoristique F Is for Family. Cette série raconte la vie d’une famille américaine dans les années 70 et vient d’être prolongée pour une cinquième saison.

Le stand-upper apparaît également dans des fictions. Il a ainsi tenu le rôle d’un petit malfrat dans la TV drama mythique Breaking Bad. Cette année, on l’a aussi vu dans la série-événement de Disney + The Mandalorian  dans laquelle le comédien interprète avec maestria un pirate de l’espace, au style très proche du personnage roublard qu’il compose sur scène.

 

©Crédits photos : Netflix

Bill Burr : I’m Sorry You Feel That Way

Stand up

2014

Réalisé par Jay Karas

Ecrit par Bill Burr

Distribution : Bill Burr