TOP
la consult Melody

La consult’ de Melody #13

Le 24 décembre 2021

13ème séance

À l’heure où les comptes bancaires se vident au fil des wishlists, où les foies se dissocient des canards, où les sapins sont rasés de près, où l’existence de Mariah Carey reprend du sens, où les excès précèdent les résolutions, où l’alcoolisme n’est plus une maladie mais une messe et où le drame est drapé d’espoir et d’opulence ; la gauche demeure toujours autant dispersée dans la course à l’Elysée… 

Avec un Jean-Luc sur les start in block dans les sondages, talonné par une Christiane motivée, on garde un Manu en tête de peloton, suivi de près par Valoche qui redouble d’énergie et qui voit dans son rétro, s’essouffler Ricou et Marine, dont les costumes doivent désormais transpirer à chaque sortie de virage. Le circuit est vicieux, la course est longue et les adversaires ne reculent devant rien. Le spectacle promet encore de belles surprises avant de voir s’abaisser le drapeau à damiers. 

Mais en ces temps troublés, un espoir brille au loin dans le tumulte de l’effusion de Noël et de nos découverts, creusés par une famille aussi présente le reste de l’année que la truffe dans les tagliatelles Picard, la PS5 fait son retour dans les stocks d’Amazon ! 

Rien n’est perdu. Comme quoi quand on prie la bonne étoile, tout finit toujours par arriver. Il suffit juste d’avoir des rêves à portée de capitalisme. 

Les lettres au père Noël ne sont finalement rien d’autre qu’une multitude de listes de courses envoyées par des gamins capricieux à un vieux grabataire exploité par Coca Cola depuis des décennies. Ce pauvre intermittent n’a jamais pu prétendre à autre chose de sa carrière… Terré à l’année dans son Pôle Nord pour échapper à la célébrité le reste du temps. Condamné à élever des rennes et à vivre en colocation avec des nains qui portent le mocassin rebiqué à grelot. J’espère qu’il s’en sort avec un taux pas trop dégueulasse en terme d’alloc’, parce qu’avec un seul contrat dans l’année ça fait juste pour pouvoir flamber sur Winamax et souscrire à Canal+. 

Oui, cherchez pas, c’est le cliché que j’ai du branleur moyen qui place son intérêt dans des domaines au rayonnement humanitaire mineur mais aux retombées monétaires majeures. 

Pourtant la magie de Noël opère ! Un optimisme persistant de la part de l’humanité à croire naïvement que le monde n’est pas aussi dégueulasse que ce qu’elle entend chaque matin au 7h-9h de France Inter. Et quand je parle d’humanité, je veux bien sûr parler de moi !  C’est vrai que ça peut surprendre, de me voir parler ainsi d’optimisme quand on connaît mon penchant pour les anxiolytiques. Mais comme quoi, la lumière actionnée par le retour de la PS5 dans les rayons aura suffisamment irradié l’occident pour m’atteindre et me faire poser ma lame de rasoir, au moins le temps d’écrire cette chronique. D’ailleurs, j’ai tenté une scarification de circonstance avec des petits sapins sur les avants bras et des bonhommes de neiges sur les cuisses. … C’est de mauvais goût. Mais un peu comme les crèches municipales sur les places de marché et les Pyrénéens de Lindt.

Oui, je dénonce. Parce que l’omerta sur les coffrets de chocolats de Noël a assez duré ! 

C’est bien le cadeau le plus empoisonné de la terre ! Ça te refile du cholestérol et une indigestion rien qu’en les regardant ces trucs. Tu ne les manges pas, mais tu ne les jettes pas non plus. Tu tentes de les ressortir à chaque fois que tu reçois chez toi durant les deux mois qui suivent, et tu finis par les jeter à Pâques quand il faut faire de la place dans ton placard pour les petits lapins dorés en chocolat que les mêmes t’ont offerts. 

En tous cas, H – pas beaucoup avant de nous réunir et partager ce qui demeure le plus important et le plus inébranlable dans notre société actuelle…j’ai nommé le covid ! 

Bonnes fêtes et débats politiques stériles en famille à tous ! 

Love, Durex et Lexomil

Melody