TOP
La consult 16 Melody Daniel

La consult’ de Melody #16

Il est inévitable et douloureux d’évoquer l’événement mondial qui est sur toutes les lèvres, tous les flashs infos et tous les posts Twitter et Instagram : l’invasion de la Russie en Ukraine. Depuis ce jeudi 24 février 2022 le compte est lancé et les matinales d’infos rythment leurs ouvertures sur le nombre de jours écoulés. 

Alors non, c’est pas fun ! On n’est pas sur une chronique des plus cyniques non plus. L’humeur est difficile à stabiliser je dois dire. Entre peur, colère, sidération, déni et ignorance, je me torture l’esprit au chaud contre le ronronnement de mon chat sur les genoux dans le calme de mon appartement parisien, uniquement perturbé par le roucoulement insatiable d’un couple de pigeons installés pour l’après-midi, au soleil sous ma fenêtre. Comme quoi, certains restent imperturbables. 

 

À croire qu’ils ne se sentent pas concernés par l’horreur qui frappe à l’est de l’Europe. Eux, tant que leur nid reste exposé sud est, y’a pas de drame ! Tant qu’on continuera à jeter nos déchets organiques nécessaires à leur survie, en pleine rue, on ne s’expose à aucune révolte a priori. 

Parce que oui, il y a révolte et condamnation de cette guerre. Sur la toile d’abord, dans les rues ensuite et cela dans tous les pays du monde, et même, je dirais presque surtout, en Russie… 

 

Car en plus d’être horrifiés par des actes aussi impérialistes sur un pays avec des répercussions mortelles sur des civils, il y a de quoi nous faire paniquer pour notre propre sécurité. Et ça, on l’intègre très bien quand un chef d’Etat mégalomane et psychopathe (au sens clinique du terme) menace tous les pays européens de l’arme nucléaire… Franchement, je sais pas vous, mais j’ai laissé tomber ma cure de mélatonine et j’ai repris les anxio ! 

Lexomil 4 ever les gars ! Je sais pas comment vous arrivez à dormir, mais déjà que j’ai du mal à jongler avec toutes mes autres angoisses… ! 

 

Une petite guerre, ça a mis du piquant dans la sauce des pâtes déjà bien trop cuites et trop salées. Ouais, c’est dur à digérer. À chaque fois que je suis sur une « bonne » passe, voilà qu’une catastrophe nous tombe sur le coin du nez pour me rappeler à quel point il fait meilleur vivre au milieu d’une colonie de cloportes que dans ce monde peuplé de monstres aux noms même pas assez drôles pour pouvoir s’en moquer. 

Et pourtant certains parviennent à maintenir une distance suffisante pour en « rire » avec un arrière goût amer. Une ironie acerbe inonde Twitter avec des posts aux illustrations et aux commentaires cyniques et drôles ! Des pros de l’humour noir, dénoncent et partagent avec violence et justesse l’évolution vers, rappelons-le, une (potentielle ?) guerre mondiale. 

 

Chacun ses armes pour assimiler tout ça et « combattre ». Parce que désormais, la « résistance » s’impose. Le positionnement est de rigueur. Car si tu ne résistes pas, alors tu es pour. Si tu ne t’affiches pas avec un drapeau bleu et jaune sur ta photo de profil Facebook, tu es un traître ou une traîtresse ? 

On nous force à prendre parti en permanence sur chaque fait, sur chaque drame. Il nous faut nous exprimer pour exposer nos couleurs et pour rassurer l’autre, en face, lui permettre de s’assurer de notre avis favorable ou défavorable, pour son propre positionnement. Notre avis comme arme blanche qui pourrait ébranler la réalité de l’autre. 

 

Il nous faut nous armer de pensées en permanence. L’ignorance et la distance sont blâmées. C’est de l’irresponsabilité, de l’individualisme. Alors que parfois, on ne sait juste plus quoi penser. Plus quoi ni qui croire. On ne comprend peut-être pas tout simplement. 

Il est donc plus simple de s’en foutre. Ça fait toujours moins d’armes… Ce n’est alors qu’une pensée démunie, désarmée face à la peur et l’incompréhension. Pas de quoi s’alarmer. 

 

Mais pour le coup je suis armée, j’ai fait le plein de chardonnay pour la semaine, je suis parée pour le décompte du nombre de morts, en évitant de trop me mélanger les pilules promis, histoire de ne pas me rajouter au tableau…y en aura malheureusement toujours trop de toutes façons. 

Love, Durex et Lexomil

Melody