TOP
la consult melody daniel 23

La consult’ de Melody #23

On peut dire que c’est officiel, le printemps a fait son entrée ce week-end. Trois rayons de soleil et hop ! Voilà l’A13 en direction de Deauville et d’Etretat qui se retrouve aussi bouchée que les artères de tonton Fernand après le gigot de Pâques et sa boîte de Ferrero, et mon visage aussi rouge que la cravate de Mélenchon

C’est toujours le même phénomène chaque année. On se retrouve excité et revivifié comme des poissons asphyxiés dans notre bocal. Faudrait peut-être se poser des questions… On vit tellement mal l’hiver que le réchauffement climatique devient presque une consolation à notre existence remplie de perturbateurs endocriniens et de Kinder à la salmonelle ! Quelle époque… On ne peut même plus engraisser nos gosses à Pâques en toute quiétude. Ou alors, y a une arrière pensée… Même tonton Fernand a eu un doute en coupant le coulommiers et puis finalement, de déclarer en se resservant un coup de Merlot : « Faut bien mourir de quelque chose ! » 

Donc oui, la planète brûle mais au moins, on n’aura pas froid ! Et puis ça nous donne un petit avant goût de l’enfer finalement…! Parce qu’on va tous danser la valse avec Lucifer, au moins sur une mesure. Sauf peut-être Greta Thunberg… Personnellement cette semaine, j’ai encore craqué sur le saucisson à la truffe à l’apéro et sur la commande Amazon. 

Mais le plus gros scandale du week-end s’est déroulé dans le jardin des voisins. Non pas qu’ils aient englouti la cuisse d’un pauvre bébé mouton et déversé une partie de la forêt amazonienne convertie en huile de palme dans le gosier de leurs chiards gueulards. Mais surtout après avoir vidé toutes les caves du Bordelais, les voilà qu’ils branchent une enceinte sur leur terrasse…avec un micro ! Mazette… Évidemment, il fait beau, il fait chaud, le lundi est férié, toutes les conditions sont réunies pour gâcher ce beau week-end à l’ensemble du quartier, et sans sommation ! Aucune mise en garde ni invitation à se joindre au massacre n’a été communiquée à l’avance pour se préparer à l’assaut auditif qui se profilait. 

Voilà donc trois couples bien arrosés qui s’emparent d’une arme plus dissuasive qu’un AK-47 en plein centre commercial. Je ne sais pas ce qui est le plus compliqué à assumer, subir en silence la prise d’otage de ton dimanche après-midi ou massacrer l’hymne à l’amour avec le même aplomb que Marine Le Pen en conférence de presse il y a quelques jours. 

Tout s’est passé très vite, avec une installation sournoise. Déjà leur chasse aux œufs aurait dû nous alerter sur une suite plus dévastatrice encore… Subitement, les enfants se sont tus. Sans doute adroitement aiguillés vers un écran pour une activité plus propice à la débauche parentale. Doucement, l’ambiance musicale nous a été imposée et puis ce fut l’envolée lyrique, à portée de tympan et sans un atterrissage avant la fin du répertoire de Daniel Balavoine. Au moins toute la durée de Cars 1 et 2. Ça fait long le concert… même quand t’as pas payé ta place. 

Heureusement, passé cinquante ans et dix-huit bouteilles de Saint Emilion, l’endurance scénique a ses limites ! Le concerto pour bourracho s’est enfin achevé aussi subitement qu’il avait commencé. Aucun grand final, pas de Whitney Houston, ni de Lara Fabian pour saluer le public malgré lui au rendez-vous. J’étais presque déçue. Après un temps, il faut dire que le syndrome de Stockholm s’immisce très vite. D’ailleurs, depuis je ne peux plus m’endormir sans écouter le best of des casseroles de la Nouvelle Star

En tous cas, j’espère que vous avez profité de ces trois jours parce que la trêve est finie. Dès demain soir, la lutte acharnée reprend sur nos écrans avec un duel qui promet de belles répliques anthologiques qui, j’espère, marqueront autant les archives qu’il y a cinq ans ! 

J’me demande quand même si finalement je ne vais pas regretter le karaoké… 

Love, Durex et Lexomil

Melody

Retrouvez toutes les chroniques de Mélody Daniel ici et en format audio