TOP
L'affaire de la rue de Lourcine

L’Affaire de la rue de Lourcine, un classique intemporel au théâtre Les Lucioles

L’Affaire de la rue de Lourcine d’Eugène Labiche se joue au théâtre Les Lucioles. Un véritable imbroglio mis en scène par la comédienne Justine Vultaggio. 

1857. Dans un appartement de la capitale, Oscar Lenglumé (Oscar Voisin), riche rentier de son époque, émerge difficilement de sa soirée de la veille. Les vapeurs d’alcool embrument encore son esprit. Il ne se souvient de rien : où était-il ? Que s’est-il passé ? Alors que toutes ces questions se bousculent dans sa tête, Oscar Lenglumé découvre qu’une autre personne a dormi chez lui : un certain Léopold Mistingue (Reynold De Guenyveau). Comment va-t-il expliquer la situation à sa femme Norine ?

Le déjeuner servi, Norine (Justine Vultaggio) voit d’un mauvais œil la présence de Léopold Mistingue à leur table. Pour penser à autre chose, elle demande le journal à son domestique, Justin (Grégory Dété). Catastrophe ! Il l’a prêté à la cuisinière. Pris de panique et ne voulant pas créer une nouvelle zizanie, Justin remet à Norine un vieux journal de 1837. Ne s’apercevant pas de la supercherie, la jeune femme lit à voix haute un des faits divers : une charbonnière a été tuée rue de Lourcine la veille au soir. 

Stupéfaction. Oscar Lenglumé et Léopold Mistingue ont été aperçus à cet endroit hier, dans la soirée. L’arme du crime : un parapluie vert surmonté d’une tête de singe. Le même que celui prêté par le cousin Potard (Gabriel Houdou) dont Oscar Lenglumé a aussi perdu la trace… Ces malheureuses coïncidences poussent Lenglumé et Mistingue à croire qu’ils sont les auteurs de cet horrible crime.  

 

De gauche à droite : le cousin Potard (Gabriel Houdou), Oscar Lenglumé (Oscar Voisin), Léopold Mistingue (Antoine Leonard), Justin (Grégory Dété) dans L’Affaire de la rue de Lourcine © Chang Martin

Un huit-clos rocambolesque

Les quiproquos s’enchaînent à un rythme vertigineux créant de délicieuses situations loufoques. Pas de répit pour les personnages qui s’enfoncent de plus en plus dans le mensonge et se perdent dans leurs explications, provoquant ainsi l’hilarité du public. 

Tout le monde en prend pour son grade ! Coécrit par Eugène Labiche, Albert Monnier et Edouard Martin, ce vaudeville dénonce  les travers de la société bourgeoise et ouvrière : « Lui-même issu d’un milieu  bourgeois, […] Eugène Labiche n’hésite pas à se  moquer de son propre milieu, souligne la metteuse en scène Justine Vultaggio. Bourgeois nantis ou prolétaires : l’alcool et la bêtise ne font pas de différence ! ».

 

De gauche à droite : Oscar Lenglumé (Oscar Voisin), Justin (Grégory Dété), Léopold Mistingue (Antoine Leonard), Norine ( Justine Vultaggio), le cousin Potard (Gabriel Houdou), dans L’Affaire de la rue de Lourcine © Chang Martin

Un classique revisité 

Entrecoupée de couplets chantés, L’affaire de la rue de Lourcine signe la première création de la compagnie « Les Modits ». Une troupe composée de Justine Vultaggio, Oscar Voisin, Reynold de Guenyveay, Antoine Leonard, Gregory Dété, Gabriel Houdou et Maxime Seynave

Justine Vultaggio propose aujourd’hui une version lyrique de ces chansons. Une nouvelle approche qui ancre la pièce dans notre époque. La metteuse en scène souhaite « se focaliser sur la justesse des situations, en respectant les codes de l’époque, explique-t-elle. Toutefois, les divers couplets chantés et passages musicaux y sont volontairement modernes et anachroniques, permettant de faire  voyager cette pièce dans le temps et mettre en valeur son intemporalité »

Retrouvez L’Affaire de la rue de Lourcine tous les soirs sauf le mercredi au Théâtre Les Lucioles.

 

©Photo de couverture : Chang Martin