TOP
gad elmaleh

Le Gad Elmaleh nouveau est arrivé

Gad Elmaleh est de retour sur scène pour présenter son nouveau spectacle D’ailleurs, en tournée dans toute la France et à l’international. Le nouveau cru de l’humoriste, aux 27 ans de carrière, ne nous a pas laissé sur notre soif.

« On va être bien placés tu crois ? ». Il est 19h45, les travées du Dôme de Paris ont des allures de ruche et ce spectateur, la trentaine et en charmante compagnie, s’est mis sur son 31.  Tout comme lui, 4600 personnes ont rencard ce soir, avec Gad Elmaleh. L’humoriste vient présenter son nouveau spectacle.

Il est 19h55, la voix qui retentit dans les gradins invite les spectateurs à prendre place car le show va débuter, les gens se précipitent sur leur siège et font des stories pour immortaliser ce moment. Mais avant de débuter, c’est Redouane Bougheraba qui vient ouvrir le bal.

Un public en mode « coexist »

L’humoriste revient avec humour sur son périple Dubaïote avec Gad. Le public est chauffé à point et répond par des rires au comique qui assure haut la main cette première partie. Pas d’improvisation mais un sketch taillé sur mesure pour l’occasion.

Avant de laisser la place à la star du soir, le Marseillais souligne la mixité religieuse parmi le public :  « Voir des hommes en kippa et des femmes voilées qui rigolent ensemble, c’est beau, il n’y a que Gad pour arriver à réaliser cela  ».

Justement, l’homme tant attendu ce soir débarque et fend un nuage de fumée qui parcourt la scène, éclairée par des grands néons. D’entrée de jeu, l’artiste se réjouit de retrouver enfin son public :  « Cela fait deux ans que j’attends ce moment »,  annonce-t-il, tout en prévenant qu’avec la cinquantaine, il a « envie de vérité ». Cela tombe bien, les spectateurs attendent de voir comment Gad observe le monde, version 2022. 

 

Gad Elmaleh au Dôme de Pairs © Rubens Hazon

De la princesse de Monaco aux groupes WhatsApp 

Pendant 80 minutes, plusieurs sujets sont abordés : sa relation avec la princesse de Monaco et la rencontre haute en couleurs entre la famille princière et ses parents, les avis Google, son groupe WhatsApp de parents d’élèves, l’écriture inclusive, sa phobie des pieds ou son amour pour la France.

Entre deux gorgées d’eau, l’artiste enchaîne les vannes à un rythme de marathonien tout en utilisant sa gestuelle habituelle. Un moment, il se lance même dans une petite interaction qui fait son effet. Reste que  le nouveau Gad ne laisse plus de place pour les personnages et le côté one-man-show. Il a parachevé son évolution vers un spectacle 100% stand-up.

D’ailleurs, c’est aussi l’histoire d’un spectacle qui vient de loin : 2018, plus précisément. En plein Dream Tour, le comédien a entrepris un travail minutieux. Son objectif : construire son nouvel opus  « un spectacle taillé à la lame », comme il l’avait déclaré à l’époque. Pour y parvenir, il a écumé plusieurs comedy clubs : le Fridge, le Goku mais aussi le Paname Art-Café.

Un spectacle en perpétuelle évolution

Ce soir-là justement, il n’a pas hésité à jouer quelques minutes au Paname devant 70 personnes, et ce, juste après avoir joué au Dôme devant des milliers de personnes. Son objectif : tester encore et toujours des sketchs.

Pour l’humoriste Tareek qui a réalisé régulièrement ses premières parties, rien de surprenant : « Il vient sur les plateaux de stand-up pour faire ses mises à jour. C’est un exemple. Il réfléchit, analyse et se remet tout le temps en question ». David Azria, qui a fait une première partie par un heureux concours de circonstances, est lui même bluffé par son niveau : « Il a un sens de l’observation incroyable et beaucoup d’efficacité sur des thèmes de société. Il arrive à produire des vannes intemporelles ».

Quant au public, il semble conquis. Franck de Symposie, spectateur d’un soir et comédien, a apprécié cette proximité : « C’est un nouveau Gad que nous avons rencontré, toujours aussi drôle et encore plus proche ». Taslima, elle, a été conquise par ce changement de style artistique : « J’avais vu plusieurs de ses spectacles. J’ai aimé son évolution du one-man-show au stand-up. J’ai ri tout du long, je me suis vraiment sentie embarquée ».

Un travail qui semble payer et qui est loin d’être terminé. Deux dates sont prévues à la Cigale, et des nouvelles au Dôme de Paris. Sans oublier des représentations à l’étranger. Une tournée qui va s’achever à Montréal, le 30 octobre, une ville chargée de souvenirs pour l’artiste. En effet, c’est dans la capitale francophone du Canada qu’il a étudié. Une belle manière pour ce globe-trotter de boucler la boucle.

Pour retrouver Gad Elmaleh en tournée cliquez ici.