TOP
l'épopée du buveur d'eau kobayashi

« L’épopée du buveur d’eau » au théâtre Le Funambule Montmartre : l’histoire d’un homme et de son pénis

Tiré d’un roman de l’écrivain américain John Irving publié en 1972, L’épopée du buveur d’eau se joue au théâtre Le Funambule Montmartre jusqu’au 8 juin. Immersion au cœur de la vie chaotique et complètement folle de Freg « Bogus » Trumper. 

La pièce s’ouvre sur une dispute entre le personnage principal (Laurent Clément) et sa copine Tulpen (Chloé Fortoul). Pour comprendre le point de départ de ce différend, il faut retourner dans le passé et revivre toute la vie de Trumper. Américain et fils d’un urologue, il étudie un texte (et unique texte existant) en nordique primitif inférieur pour finir sa thèse. Mais un beau jour, une crise de douleur le prend au niveau de son pénis. Malgré cette douleur incessante, Trumper décide de continuer à vivre ses histoires amoureuses. 

Une vie rocambolesque 

Trumper rencontre Biggie (Fanette Jounieaux), une skieuse professionnelle. C’est le coup de foudre. Ils ont un enfant, se marient mais se séparent quelques années plus tard. Trumper tombe en dépression suite à leur rupture. Son rapport avec son père (Rémi Mazuel), tout aussi difficile qu’avec les femmes, ne fait qu’aggraver la situation. Celui-ci coupe les vivres à son fils car il met enceinte Biggie avant d’être marié. Il le force aussi à poursuivre des études, à le rendre fier pour être « un vrai homme professionnel ». 

Trumper rencontre ensuite Tulpen, une jeune monteuse engagée dans une petite société de cinéma. C’est elle qui l’incite à prendre rendez-vous chez un urologue. Plusieurs solutions s’offrent alors à lui : l’abstinence, les médicaments à effets secondaires, la chirurgie ou la méthode aqueuse. Trumper choisi ce dernier traitement qui consiste à boire beaucoup, beaucoup d’eau notamment avant et après des rapports sexuels. 

 

Chloé Fortoul et Laurent Clément dans L’épopée du buveur d’eau © Kobayashi 

Un bijou d’époque 

La pièce prend place dans les années 70. Les looks seventies des personnages sont tout simplement sublimes : pantalon patte d’Eph, fleuris, col roulé jaune moutarde, veste en cuir marron ou à franges. Les musiques d’époque sont un véritable plaisir auditif. On a envie de rejoindre les quatre comédiens sur scène pour danser le twist.

A eux seuls, ils interprètent, avec brio, une dizaine de rôles. Les changements de personnages s’enchaînent à un rythme vertigineux. On passe d’une scène à l’autre en un rien de temps. Remarquable ! 

 

Rémi Mazuel, Fanette Jounieaux et Laurent Clément dans L’épopée du buveur d’eau © Kobayashi 

On rigole des échecs consécutifs, de la personnalité et de la vie chaotique tant amoureuse que professionnelle de Trumper. Personnage à la fois attachant et insupportable, on suit volontier ses folles aventures à travers l’Autriche, l’Iowa et le Maine. On a l’impression que rien ne fonctionne pour lui, qu’il subit ses propres choix mais aussi ses parents, les femmes et par-dessus tout, sa propre masculinité. L’épopée du buveur d’eau met donc en scène un homme en quête de lui-même au cœur des années 70. Un mélange à la fois tendre et fascinant.

Retrouvez L’épopée du buveur d’eau tous les lundis et mercredis au théâtre Le Funambule Montmartre jusqu’au 8 juin. 

 

Louise Piquet

©Photo de couverture : Kobayashi