TOP
Les producteurs alexis michalik

« Les Producteurs » : la nouvelle mise en scène tourbillonnante d’Alexis Michalik

Mise en scène par  Alexis Michalik, la comédie musicale Les Producteurs se joue au Théâtre de Paris jusqu’au 26 juin prochain. 

Les Producteurs, premier long métrage du réalisateur new-yorkais Mel Brooks, devient rapidement une comédie culte. Le film s’inscrit dans les satires du genre aux côtés de Charlie Chaplin avec Le Dictateur en 1940 et de Lubitsch avec To Be or Not to Be en 1942  dont Brooks réalise le remake en 1983. 

La comédie musicale Les Producteurs raconte l’histoire de Léo Bloom (Benoît Cauden), comptable malheureux et de Max Bialystock (Serge Postigo), roi déchu de Broadway. Une rencontre explosive entre l’âme poétique d’un homme et l’avarice d’un autre. Tout bascule le jour où Léo Bloom vient vérifier les registres de Max Bialystock. Le comptable découvre par hasard qu’une pièce vouée à l’échec ferait gagner bien plus d’argent au producteur qu’une comédie à succès. Sans attendre, Max tente de convaincre Léo de monter avec lui, la pire comédie musicale. 

 

Léo Bloom (Benoit Cauden) et Max Bialystock (Serge Postigo) – Les Producteurs © Alessandro Pinna

Malheureux dans sa vie de comptable et malgré son rêve de célébrité, Léo hésite à se lancer dans ce projet. Encouragé par un producteur avide d’argent, il se retrouve propulsé dans cette vaste supercherie. Dans la pièce qu’ils s’apprêtent à monter, tout est réuni pour outrager, choquer et insulter des communautés entières… Un bide assuré pour les deux producteurs !

Le « wonder boy » du théâtre français a encore frappé ! 

Alexis Michalik nous surprend toujours autant. L’entrée en salle s’accompagne du son d’un piano et de musiciens en loge. Tout au long de cette œuvre magistrale, la musique nous emporte. On rit du malheur des personnages, de leurs envies de réussite et surtout, de leur folie créative. 

On retrouve également une troupe talentueuse qui enchaîne les différents rôles avec une précision vertigineuse. Un décor fascinant se transforme par le biais d’un écran en fond de scène et grâce à différents modules : « On a beaucoup répété, notamment sur les transitions avec les changements de costumes, explique Andy Cocq, interprète de Carmen Ghia, secrétaire du metteur en scène Roger De Bris. On a fixé un ordre précis avec les habilleurs. A force de répétitions, on arrive maintenant à faire tous les changements ! On a même le temps de déconner encore un peu ou de dire une petite bêtise ».

La mise en scène brise le quatrième mur : on aperçoit les acteurs dans les coulisses, les costumes et les techniciens qui s’affairent sur les changements de décor. Mention spéciale au court entracte, à en jeter sa culotte sur le public… 

 

Les Producteurs © Alessandro Pinna

Une comédie musicale répétée en public 

Alexis Michalik a organisé des concours sur Instagram permettant de gagner des places pour assister aux filages et aux répétitions de cette comédie musicale : « Il y avait toujours une trentaine de personnes dans la salle, se remémore Andy Cocq. Alexis Michalik enlevait ce qui ne marchait pas par rapport aux rires du public. Le soir de la première, j’avais moins le trac parce qu’on arrivait avec une version qui n’était pas parfaite mais la meilleure possible grâce aux réactions des gens qui avaient assisté aux répétitions »

Quand Max Bialystok et Léo Bloom arrivent, mon but était de faire rire le plus possible Benoît Cauden

La pression a été davantage ressentie par les comédien⋅ne⋅s lors du premier filage : « On n’avait pas de lumière, pas de son ni de costume, on était tous en jogging [rires] se souvient Andy Cocq. On s’est dit que si le spectacle marchait à ce moment-là, il fonctionnerait avec tout le reste à la première ». Un succès qui fait salle comble depuis la première représentation ! 

Trou de mémoire et fous rires 

Sur scène et en coulisses, la troupe de cette nouvelle comédie musicale se montre soudée dans une parfaite harmonie. Lors des répétitions, certains passages font également rire les comédiens : « Quand Max Bialystok et Léo Bloom arrivent, mon but était de faire rire le plus possible Benoît Cauden… confie Andy Cocq. Si j’y arrivais, je me disais que j’arriverais à faire rire la salle ». 

C’est un véritable plaisir et une joie de se dire qu’on s’est distingué avec ce personnage-là. C’est très flatteur !

Lors des représentations, des événements imprévisibles peuvent survenir. Le pire de tous : le trou de mémoire, le vrai, celui qu’on ne peut pas éviter. Andy Cocq se souvient : « Une fois, j’ai eu un trou de mémoire… J’aurais pu trouver quelque chose à dire mais je n’ai pas réussi. A la place des paroles de la chanson, j’ai juste fait “La Lalala Laaaaa”. Évidemment, ce moment est resté dans la tête des autres comédiens et comédiennes. Maintenant, quand quelqu’un se trompe, on dit qu’on “fait une Andy » [rires] »

 

Les Producteurs © Alessandro Pinna

Une pièce à succès nominée quatre fois aux Molières

Le lundi 30 mai, la 33e cérémonie des Molières avait lieu. A cette occasion, la pièce Les Producteurs a été nominée quatre fois ! Pour le plus grand plaisir de la troupe, deux prix ont été remportés : le Molière de la révélation masculine pour Benoît Cauden et le Molière du spectacle musical.

Andy Cocq, nominé pour le Molière du second rôle masculin, était également très ému par cette nomination : « C’est un véritable plaisir et une joie de se dire qu’on s’est distingué avec ce personnage-là. C’est très flatteur ! »

Le lundi 20 juin a eu lieu Les Trophées de la Comédie Musicale au Casino de Paris. Lors de cette cérémonie, Les Producteurs ont été nommés 11 fois ! Le trophée du meilleur second rôle a été attribué à Andy Cocq et le trophée du meilleur acteur à Benoit Cauden. La troupe a ensuite remporté les trophées du meilleur spectacle, de la meilleure adaptation et de la meilleure mise en scène. Bravo à eux !

Retrouvez la comédie musicale Les Producteurs du jeudi au dimanche au Théâtre de Paris jusqu’au 26 juin et à la rentrée, dès le 15 septembre. 

 

Louise Piquet